De Villepin fustige le PS qui cible Sarkozy

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Dominique de Villepin trahit la République. C'est tout ce que nous avons à lui dire. Sarkozy n'a pas à être Ministre de l'Intérieur et candidat. Jacques Chirac doit le démissioner sinon tout le monde pensera que les élections vont être truquées. D'ailleurs, on le pense déjà.

Dominique de Villepin fustige le PS,

qui cible Nicolas Sarkozy

Dominique de Villepin est sorti de sa réserve dans la campagne présidentielle pour fustiger les "polémiques stériles" des socialistes, qui ont décidé de saisir le Conseil constitutionnel sur la "confusion des fonctions" prêtée au ministre-candidat Nicolas Sarkozy.

Le Premier ministre, qui juge "tenable" le maintien du candidat de l'UMP au sein du gouvernement, a accusé le PS de porter le débat électoral "dans les endroits les plus humides de la République où personne ne se grandit" - en clair, de mener une campagne de caniveau.

Le Parti socialiste, dont la candidate Ségolène Royal ne dit mot depuis son retour des Antilles lundi, a annoncé son intention de saisir le Conseil constitutionnel sur la compatibilité entre la fonction de ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy et son statut de candidat.

Pour le PS, le numéro deux du gouvernement a usé de cette "confusion des fonctions" pour diligenter une enquête des Renseignements généraux (RG) sur Bruno Rebelle, ex-directeur de Greenpeace France et aujourd'hui conseiller de Ségolène Royal.

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, a vivement interpellé le Premier ministre sur ce qu'il présente comme "une faute d'Etat" lors de la séance des questions d'actualité, s'attirant une réplique cinglante.

"Les polémiques, c'est un peu comme les boomerangs, on les lance et ils vous reviennent en pleine figure", a dit Dominique de Villepin.

"Je souhaite que chacun se tienne debout, et pas dans les coins, sous les portes, dans les endroits les plus humides de la République où personne ne se grandit", a-t-il souligné.

Le matin même, lors de sa conférence de presse mensuelle à Rambouillet (Yvelines), Dominique de Villepin, qui revendique une liberté "décomplexée" dans la campagne, avait reproché à Ségolène Royal, sans la nommer, de masquer sous la controverse "la vacuité des intentions et des propositions".

SARKOZY A LONDRES

Après "l'affaire" Rebelle, le nom de Nicolas Sarkozy, qui se trouvait mardi à Londres, a surgi dans un autre dossier révélé par Le Parisien-Aujourd'hui.

Selon le quotidien, la police a recouru, fait rare, à des prélèvements d'ADN dans l'enquête sur le vol d'un scooter appartenant à un fils du ministre de l'Intérieur le 7 janvier à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

La police a confirmé des prélèvements "banals" et précisé que le deux-roues avait été retrouvé le 16 janvier par une patrouille qui recherchait des objets volés à Bobigny.

C'est le candidat de l'UDF, François Bayrou, qui s'en est pris cette fois au candidat de l'UMP.

"Nous vivons dans la France des deux poids, deux mesures", a-t-il déploré sur RTL.

Crédité de 14% d'intentions de vote au premier tour de la présidentielle dans un sondage LH2, le candidat centriste attribue sa percée aux refus des électeurs de se laisser "enfermer" dans "une guerre de meute gauche contre droite".

Déplacement à l'étranger oblige - son premier en tant que candidat -, Nicolas Sarkozy a gardé mardi ses distances.

Il a déjeuné au 10 Downing Street avec le Premier ministre britannique, Tony Blair, dont il a salué le "pragmatisme", dans sa politique de l'emploi notamment.

Le candidat de l'UMP s'est engagé à rétablir le plein emploi en France, où le taux de chômage s'établissait à 8,7% de la population active en novembre 2006. Il est de 4,5% en Grande-Bretagne.

Nicolas Sarkozy devait s'exprimer mardi soir devant plus de 2.000 Français résidant à Londres avec l'envie de dire à "ceux qui pensaient qu'on ne pouvait pas réussir en France, 'revenez parce qu'on aura besoin de vous'".

Sources L'Express

 Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Villepin Sarkhozy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article