La France conspire-t-elle pour assassiner Hassan Nasrallah ?

Publié le par Adriana EVANGELIZT

De mieux en mieux, maintenant ON  fait venir Olmert en France en catamini pour conspirationner...

La France conspire-t-elle pour assassiner Hassan Nasrallah ?


Des négociations informelles sur l’avenir du Liban se sont tenues sur la Riviera française et monégasque pendant la seconde semaine d’août.

En marge de ces tractations, une réunion secrète a été organisée dans la résidence du prince Bandar bin Sultan à Juan-les-Pins. Le conseiller national de sécurité saoudien y a notamment reçu le leader de la coalition du 14-Mars, Saad Hariri, et un hôte mystérieux qui n’était autre que le Premier ministre israélien Ehud Olmert. L’ambassadeur d’Arabie saoudite à Beyrouth, Abdel Aziz Khoja, représentait le roi Abdallah.

Bien que le Quai d’Orsay refuse de confirmer ou d’infirmer la présence d’officiels français représentant le président Sarkozy, celle-ci est attestée par nos sources. Au demeurant, il est peu probable que l’Élysée n’ait pas été convié et représenté alors qu’il a organisé le déplacement discret de M. Olmert sur la Riviera.

Il est par contre plus difficile de savoir avec certitude le contenu exact de cette réunion. Cependant, de source diplomatique, on assure que Saad Hariri a demandé à Ehud Olmert de le débarrasser du Hezbollah et que le Premier ministre israélien lui a répondu que Tsahal ne pouvait faire le travail seul. Après cette entrée en matière, les conjurés seraient convenus qu’il revient à Saad Hariri de faire assassiner Hassan Nasrallah, puis, une fois le Hezbollah décapité, que Tsahal écraserait la Résistance libanaise.

L’ambassadeur Abdel Aziz Khoja aurait mis en garde les autres participants en soulignant que quelque soient les développements possibles d’un tel scénario, ils aboutiraient à une implosion du pays du Cèdre. Ses réserves n’ont pas été appréciées de certains conjurés. De retour à Beyrouth, l’ambassadeur s’est déclaré menacé et a soudainement quitté le Liban [1].

Dans les milieux dirigeants libanais, on s’interroge sur la nouvelle politique de Nicolas Sarkozy et sur la duplicité des autorités françaises qui, un jour, invitent tous les protagonistes à débattre à La Celle Saint-Cloud et, quelques semaines plus tard, participent à la planification de l’assassinat du leader de la Résistance libanaise.

[1] Voir notre bulletin quotidien de veille politique proche-oriental du 27 août 2007.

Sources Réseau Voltaire

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article