Sarkozy ose dire qu'il veut la transparence sur le salaire présidentiel

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Sarkozy ou l'art de noyer le poisson dans l'eau. Ainsi en Corse, il ose dire qu'il souhaite au nom de la "transparence" que le salaire du président de la République soit fixé par la loi. Comme si c'était la Loi qui avait demandé qu'il soit augmenté de 140 % !  Oh l'honnête homme ! A force d'être "transparent", il pourrait bien devenir invisible. On aimerait bien savoir qui a eu l'idée d'augmenter le salaire de Sarkozy de 140 % ? Il veut nous faire croire, peut-être, qu'il n'y est pour rien ? Alors que l'envie et la convoitise -pour ne pas dire la jalousie- font partie de son apanage. Etre et avoir toujours plus que les autres. Si le salaire ne lui convenait pas, il n'avait qu'à postuler à un poste moindre. Lorsque l'on est embauché pour tel salaire, on ne va pas voir son patron pour demander une augmentation de 140 %. Mais là, on ne demande rien, on s'arroge un droit sur le dos des Français. Facile. Pour notre part, nous trouvons que le salaire mensuel de 20 000 euros soit 12 millions de centimes est un scandale quand on sait que l'augmentation du Smic a été refusée. D'autant que c'est le Peuple qui raque et que c'est 140  briques annuellement d'argent de poche contrairement à de Gaulle. Dommage que ce fait n'ait pas été connu avant sa visite aux cheminots. Il aurait eu bonne mine de leur demander de se serrer la ceinture. Comme si 8000 euros ce n'était pas suffisant pour mener une politique qui lamine toutes les couches de la société. Pour s'asseoir sur le NON des Français en ce qui concerne le traité constitutionnel ou pour ses alliances étrangères qui mettent la France en déshonneur dans le monde entier. Quand on voit ce qu'il faut trimer pour des salaires de misère où il ne reste plus rien lorsque l'on a tout payé, croyez bien qu'on a en travers de la gorge de tels comportements. C'est inadmissible et profondément injuste. Nous sommes gouvernés par des gens vénaux qui se gobergent au frais de la population et n'ont aucun état d'âmes, de surcroît, à en profiter.  On comprend mieux pourquoi Sarkozy a décidé de supprimer l'impôt des riches, c'était surtout pour sa paroisse qu'il prêchait.

Nicolas Sarkozy veut la transparence sur le salaire présidentiel

BASTIA, Haute-Corse (Reuters) - Nicolas Sarkozy souhaite au nom de la "transparence" que le salaire du président de la République, appelé à être augmenté, soit fixé par la loi comme pour le Premier ministre et les membres du gouvernement.

"Toutes ces petites histoires où chacun faisait dans son coin c'est fini. (...) Je veux de la transparence, je veux que ce soit une loi qui fixe la rémunération du président de la République. Ce n'est pas à moi de la fixer", a déclaré le chef de l'Etat en marge de la visite d'une réserve naturelle près de Bastia (Haute-Corse).

"Je veux que les collaborateurs qui travaillent pour l'Elysée rendent des comptes. Je veux que la Cour des comptes puisse contrôler l'Elysée et que le président, son salaire soit fixé comme pour les ministres, le Premier ministre par la loi en toute transparence", a-t-il ajouté.

Une note interne de l'Elysée, révélée par l'hebdomadaire Profession politique, recommande d'augmenter le salaire du chef de l'Etat de 101.488 à 240.000 euros par an afin de l'aligner sur le traitement du Premier ministre et de le mettre au niveau de ses homologues étrangers.

Le salaire mensuel du chef de l'Etat serait ainsi revalorisé de 140%, de 8.300 à 20.000 euros bruts.

DEUX AMENDEMENTS GOUVERNEMENTAUX

Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Jean-François Copé, a annoncé le dépôt de deux amendements gouvernementaux visant à aligner le salaire du président sur celui du Premier ministre lors de la réunion de la commission des Finances de l'Assemblée qui devait se tenir en début d'après-midi.

Ils seront examinés en séance dans le cadre des crédits relatifs aux "pouvoirs publics"

"Etre président de la République, être chef de l'Etat c'est une responsabilité considérable", a souligné Jean-François Copé lors de son point de presse hebdomadaire.

"Je trouve même tout à fait normal que dans ce contexte, le président de la République ait une rémunération qui soit comparable à ce qui est celle des chefs de gouvernement et des chefs d'Etat des pays européens", a-t-il poursuivi.

L'opposition a mis en garde l'exécutif contre un mauvais signal adressé à l'opinion alors que Nicolas Sarkozy, qui se veut le champion du pouvoir d'achat des Français, a refusé de donner un coup de pouce au smic le 1er juillet dernier.

"L'indemnité du président de la République, actuellement, elle est la moitié de celle d'un conseiller d'Etat", a justifié le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, lors d'une rencontre avec les agences de presse. "Il me semble qu'il est normal qu'elle soit comparable à celle d'un très haut fonctionnaire ou d'un chef d'Etat étranger".

"Le système actuel génère une opacité", a-t-il souligné. "Il est indispensable que ce budget, comme le recommande une des 77 propositions du rapport Balladur, apparaisse en clair et qu'il puisse être, comme c'est le souhait du président de la République, l'objet d'un contrôle par la Cour des comptes".

Sources Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt


Commenter cet article