Bernard Laporte estime "qu'on en fait trop"

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Bernard Laporte n'est pas quelqu'un que nous aimons, tout comme Rachida Dati et d'autres encore. Nous sommes francs, nous ! Et nous ne les aimons pas parce qu'ils se servent de leur position pour balancer des idées et des phrases sans réfléchir aux conséquences. Ces gens-là sont des égoïstes qui n'y voient pas plus loin que le bout de leur nez. Ils sont incompétents pour s'occuper des affaires dites humaines. Ils sont inhumains tout simplement. Nous, nous aimons les "humains".



Bernard Laporte estime "qu'on en fait trop"


Le secrétaire d'État aux Sports a essuyé de vives critiques cette semaine, pour ses propos après les sifflets contre la Marseillaise lors de la rencontre France-Tunisie. L'intéressé se justifie et accuse ses détracteurs d'en faire "une affaire d'Etat".

e secrétaire d'État aux Sports, Bernard Laporte affirme, dans une interview parue dans le journal L'Équipe du samedi 18 octobre, "qu'on en fait trop" en transformant en affaire d'État les sifflets contre la Marseillaise lors de la rencontre France-Tunisie du 14 octobre dernier. "Bien sûr qu'on en fait trop parce qu'il s'agit d'une minorité qui cherche à exister et qu'on en fait une affaire d'Etat" estime-t-il.

Laporte persiste et signe

Samedi matin sur les ondes de RTL, Bernard Laporte a soutenu la décision prise en accord avec le président Sarkozy d'évacuer le stade lorsque l'hymne national est sifflé : "Le président de la République a pris ses responsabilités, il est dans son rôle, le gouvernement est dans son rôle (...). Ça ne peut plus durer, il faut faire quelque chose". À propos de faire jouer certains matchs en province, le secrétaire d'État aux Sports persiste et signe : "Il faut jouer ces matches dits "à risque" en province pour faire en sorte qu'on n'en arrive pas à cette mesure" d'évacuation. "Je crois que ça n'arrivera pas, les gens comprendront, il y aura une auto-police" a-t-il ajouté.

"Je ne suis pas Michèle Alliot-Marie"

Interrogé par le quotidien sportif sur les risques pour la sécurité que feraient courir l'évacuation de 60.000 personnes au Stade de France, Bernard Laporte se contente de répondre: "Je ne suis pas Michèle Alliot-Marie. Mais c'est sûr qu'il faut une sécurité en conséquence".
Le secrétaire d'Etat a essuyé de vives critiques cette semaine. Le socialiste Razzy Hammadi avait demandé, jeudi dernier, la démission de Bernard Laporte, pour des propos tenus mercredi sur RMC, suggérant d'aller jouer les matches contre les équipes du Maghreb non plus au Stade de France, mais en province devant un "public sain". Du côté de l'UMP, on dénonce "le procès en sorcellerie fait à Bernard Laporte".

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE RACISME EN FRANCE

Commenter cet article