Gaza: la mission de l'UE part au Proche Orient après un couac diplomatique

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Les quatre comparses de l'UE qui vont au Proche-Orient sont tous sionistes ! Avec ça, on est servi. La Tchécoslovaquie -qui remplace Sarkozy- a dit que "l'action d'Israel est plus défensive qu'offensive." Vous serez jugés à vos oeuvres, les succubes !



Gaza: la mission de l'UE part au Proche Orient après un couac diplomatique



La mission européenne pilotée par le ministre tchèque des Affaires étrangères, Karel Schwarzenberg, est partie dimanche en tournée au Proche-Orient dans l'espoir d'obtenir un cessez-le-feu, après un couac diplomatique de la présidence tchèque de l'UE.


"La situation sur place est très mauvaise, nous espérons parvenir des progrès mais nous savons que ce sera difficile", a dit M. Schwarzenberg avant de décoller pour le Caire, puis Jérusalem, Ramallah et Amman.

 

Samedi soir, une déclaration du porte-parole du Premier ministre tchèque Mirek Topolanek, en charge depuis quatre jours de la présidence tournante de l'UE, a provoqué l'émoi: elle jugeait l'opération terrestre lancée par Israël "défensive plus qu'offensive".


"En ce moment, nous comprenons que cette action fait partie de l'action défensive d'Israël, (...) nous comprenons que c'est plus défensif qu'offensif, et c'est la position du Premier ministre tchèque pour la présidence de l'UE", a déclaré Jiri Frantisek Potuznik, le porte-parole du gouvernement tchèque pour la présidence de l'Union européenne.

Moins d'une heure plus tard cependant, le ministère tchèque des Affaires rectifiait le tir avec un communiqué beaucoup plus critique vis-à-vis d'Israël: "Même le droit indéniable d'un Etat à se défendre lui-même n'autorise pas des actions qui affectent massivement les civils", a déclaré le chef de la diplomatie Karel Schwarzenberg, dans ce communiqué publié sur le site de la présidence tchèque.

Néanmoins, plusieurs médias n'ont retenu que la première déclaration et souligné son parti-pris pro-israélien, potentiellement préjudiciable pour des négociations équilibrées.


Dimanche, M. Schwarzenberg a souligné à la télévision publique que "la seule déclaration valable est celle publiée par le ministère des Affaires étrangères", la précédente étant "un malentendu" provoqué par une erreur du porte-parole de M. Topolanek - "malheureusement, une erreur très grave".


"Il s'agissait d'une erreur personnelle, cela arrive à tout le monde, cela m'est arrivé aussi quand j'étais jeune", a-t-il dit. Il a estimé que "la République tchèque n'a(vait) pas à s'excuser".


Plus tard dimanche, juste avant son départ, il a rejeté l'idée que Prague ait pu changer de position sur pression des autres pays européens.


"Il n'y eu aucune pression sur moi de la part de mes chers collègues. D'ailleurs si quelqu'un essayait de faire pression sur moi, ce serait très très contre-productif", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse.


Les autres membres de la délégation, la commissaire européenne aux Affaires extérieures Benita Ferrero-Waldner, ainsi que les ministres des Affaires étrangères suédois et français Carl Bildt et Bernard Kouchner, n'ont pas abordé le sujet mais se sont focalisés sur l'urgence d'un cessez-le-feu.


"Nous allons nous battre pour cela. Nous allons essayer de faire le maximum (...), il est absolument nécessaire que les violences cessent des deux côtés", a déclaré Mme Ferrero-Waldner en déplorant la "catastrophe humanitaire" provoquée par la fermeture des frontières du territoire de Gaza.


"Le plus important est d'avoir un cessez-le-feu, c'est tout. Il n'y a pas d'autre issue. Nous devons revenir à un processus politique", a estimé M. Kouchner avant le départ de la délégation. Celle-ci devait être rejointe au Caire par le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Javier Solana.


Le chef de la diplomatie tchèque, lui, a surtout insisté sur l'urgence humanitaire en rappelant que la délégation partait "en ligne avec la position commune décidée à Paris" par les 27, fin décembre.


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article