Les députés socialistes voteront contre le projet de loi

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Les députés socialistes voteront contre le projet de loi


Lors d'un vote interne, les députés PS ont décidé à l'unanimité moins deux voix de s'opposer au texte, du fait d'avancées insuffisantes. De son côté, Jack Lang fait savoir qu'il ne votera pas contre la réforme.

es députés PS ont pris la décision, mardi 27 mai, à l'unanimité moins deux voix, de voter contre le projet de loi sur la réforme des institutions en première lecture à l'Assemblée nationale, apprend-on auprès de l'entourage du chef des députés PS, Jean-Marc Ayrault.
Le vote interne a eu lieu lors d'une réunion du groupe socialiste à l'Assemblée. L'ensemble des participants à cette réunion a voté contre le texte, et même des signataires de l'appel en faveur de la réforme, lancé la semaine dernière dans Le Monde par 17 députés PS (Manuel Valls, Didier Migaud...), a-t-on précisé.
Gaëtan Gorce et Martine Lignières-Cassou sont les seuls députés PS à s'être abstenus.

"Solidaire et fidèle à mes convictions"

De son côté, Jack Lang a déclaré qu'il ne pourrait pas voter contre la réforme des institutions en première lecture, à la différence de la position prise par le groupe PS à l'Assemblée nationale. "Je ne peux pas voter contre un travail auquel j'ai participé et qui me paraît largement repris aujourd'hui dans le texte qui nous est soumis", a déclaré l'ancien vice-président du comité Balladur sur la réforme des institutions.
Jack Lang a laissé entendre qu'il s'abstiendrait. "Je trouverai une solution qui me permettra à la fois d'être solidaire avec mes amis et en même temps fidèle à mes convictions", a-t-il dit.
Les députés socialistes ont décidé mardi de voter contre la réforme des institutions en première lecture, tout en laissant leur vote ouvert pour le Congrès qui entérinera la révision constitutionnelle.

Vote solennel mardi

Il s'agit selon Jack Lang d'un "non d'appel" au gouvernement pour qu'il fasse des gestes supplémentaires en direction de l'opposition. "Je vais me battre pour que le gouvernement accepte d'accomplir ces gestes complémentaires", a dit le député socialiste du Pas-de-Calais.
Le vote solennel sur le texte devrait avoir lieu mardi prochain.
Selon des personnes ayant assisté à la réunion, la plupart des orateurs ont admis quelques avancées sur le texte dans la discussion en cours à l'Assemblée nationale, mais les ont jugées nettement insuffisantes.

Faire pression sur le gouvernement

La semaine passée, Jean-Marc Ayrault avait préparé les esprits à un vote négatif en première lecture. Il a toutefois souligné qu'il ne "préjuge pas" de la position du PS pour la suite, au Sénat, puis au Congrès.
L'opposition tente, de cette manière, de faire pression sur le gouvernement et la majorité pour tenter d'obtenir une réponse favorable aux préalables qu'ils ont posés (mode de scrutin des sénateurs, décompte du temps de parole du président dans les médias audiovisuels...).
Les élus PCF et Verts devraient eux aussi voter contre le texte à l'Assemblée nationale.

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article