Sarko à Damas : Bachar Al-Assad soutient Moscou dans le dossier géorgien

Publié le par Adriana EVANGELIZT



Sarko à Damas : Bachar Al-Assad soutient Moscou dans le dossier géorgien


par Anne Giudicelli



Nicolas Sarkozy a débuté aujourd’hui une visite en Syrie que l’Elysée qualifie de « politique ». De son côté, le président syrien Bachar Al-Assad soutient mordicus la Russie dans son conflit avec la Géorgie. Aïe ! Réintégrer Damas dans le giron de la communauté internationale n’est décidément pas chose facile.

Dépêché en Syrie le 25 août pour préparer la visite que Nicolas Sarkozy entame aujourd’hui à Damas, Bernard Kouchner avait encore dû mouiller sa chemise pour arracher in extremis au Président Bachar Al-Assad la bonne nouvelle : la reprise des relations diplomatiques avec le Liban, qui commençait à tarder, sera bien concrétisée d’ici à la « fin 2008 ». Fort de cette « preuve » que le dialogue « nécessaire » avec la Syrie sait produire des résultats, Nicolas Sarkozy, soulagé, a pu défendre le lendemain devant les Ambassadeurs français réunis à Paris le rapprochement franco-syrien et annoncer les dates de sa visite. Celle-ci s’inscrit dans la continuité de celle du Président syrien à Paris, le 13 juillet dernier. Le cercle vertueux de la « rédemption » appliqué à la Libye puis maintenant à la Syrie, commençant à porter ses fruits, s’est-il félicité, la France a raison de continuer à soutenir la Syrie dans ses efforts pour retrouver toute sa place dans la communauté internationale. Et assumer sa politique de la main tendue, certes « plus risquée, mais plus prometteuse ».

Syrie rime avec Russie

Au grand dam des pays occidentaux — et de la France qui assure la Présidence européenne — la Syrie de Bachar a décidé, (quasi) seule contre tous, de se ranger du côté de la Russie et soutenu ses opérations militaires massives sur le territoire de son voisin. En visite à Moscou le 21 août, le Président syrien a en effet qualifié l’offensive de « réponse à la provocation géorgienne » sur l’Ossétie du Sud et fustigé les réactions occidentales visant à « isoler la Russie ». Allant même jusqu’à établir un parallèle entre l’attitude de Moscou envers la Géorgie à celle de Damas à l’égard du Liban ! Très en forme, l’ami Bachar a même évoqué le rôle bénéfique que Moscou peut aujourd’hui jouer pour « contrer l’occident et l’influence israélienne au Moyen Orient », dénonçant la main américaine et le soutien opérationnel apporté par Israël à la Géorgie dans cette opération.

Israël mon amour

Pour enfoncer le clou, surfant sur l’implication de son ennemi historique, Israël dans un complot visant son ami de toujours, la Russie, Bachar a demandé au Président Dimitri Medvedev de fournir à son pays des missiles nouveau modèle de défense anti-aérienne capables notamment de contrer les survols israéliens intempestifs sur son territoire…. De quoi faire bondir les Israéliens, qui ont encore en travers de la gorge les missiles russes antichars achetés par la Syrie mais envoyés par le Hezbollah sur leurs blindés pendant la guerre au Liban à l’été 2006…

Très fâché, Tel Aviv vient de décider de suspendre « temporairement » les négociations officiellement engagées avec la Syrie via la Turquie, où devait se tenir le 4 septembre une nouvelle rencontre dans ce cadre. Pas sympa pour Nicolas Sarkozy, qui se flattait en juillet dernier d’avoir pu obtenir de la Syrie la promesse d’un co-parrainage de la France aux côtés des Etats-Unis, pour de futures négociations israélo-syriennes directes à venir… Encore une autre nouvelle « avancée » que les Présidents syriens, turcs et français, et l’incontournable Emir du Qatar réunis en sommet ce 4 septembre auront à confirmer à Damas.

Avec les Européens qui l’attendent au tournant sur le dossier russe, et une partie de la classe politique française sur son coup de cœur syrien, Nicolas Sarkozy va devoir lui aussi mouiller la chemise. L’ami Bachar est décidément difficile à gérer…

Sources Bakchich

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans Sarkozy-Israel

Commenter cet article