Jean-Claude Mailly (FO) pour une journée de grève dans les secteurs privé et public

Publié le par Adriana EVANGELIZT


Jean-Claude Mailly (FO) pour une journée de grève dans les secteurs privé et public


Le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly s'est prononcé lundi pour une journée de grève des salariés du privé et du public, estimant que "ça aurait de la gueule si Thibault (CGT), Mailly, Chérèque (CFDT)" appelaient à cesser le travail.

"Qu'il faille réagir, on en est tous convaincu. Tout simplement parce que si les salariés ne bougent pas, ça va être eux les dindons de la crise", a déclaré M. Mailly sur Canal+.

"Mais nous ne pensons pas tellement qu'une manif de plus changera les choses. Par contre je pense que ça aurait de la gueule si Thibault, Mailly, Chérèque, au nom de leurs syndicats, appelaient les salariés à une journée de grève", à "cesser le travail, le public et le privé, pendant une journée", a-t-il dit.

"Cela montrerait au président de la République qu'une grève ça se voit, et je pense que ça serait plus efficace qu'une journée de manifestation", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault s'est prononcé dimanche soir pour "des manifestations de rues, très rapidement et de manière coordonnée".

M. Mailly n'a pas repris l'idée de M. Thibault d'un "droit de veto" pour les salariés dans les entreprises qui profiteraient de la crise pour licencier. "Un droit de veto, non, parce que ça veut dire qu'on est en situation de gérer l'investissement", a-t-il dit, mais il souhaite "avant, sur toutes les procédures préalables, qu'il y ait des garanties beaucoup plus fortes pour les salariés".

Sur la possibilité pour un salarié de repousser jusqu'à 70 ans son départ à la retraite, votée par les députés, le leader de FO a estimé que c'était "de la déréglementation", "pas une liberté".

"Cela veut dire qu'on est en train de mettre dans la tête des gens, "vos retraites vont être de moins en moins fortes, vous pourrez cumuler un emploi et une retraite" ", a-t-il déploré, affirmant que le volontariat dans ce dispositif, "c'est du pipeau, c'est comme le travail du dimanche".

Enfin, interrogé sur La Poste, il a jugé que "ce serait vraiment une provocation si, au moment ou l'Etat doit aider les banques, on allait vers un mouvement de privatisation de La Poste".

Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy Henri Guaino a déclaré dimanche qu'il n'était "plus question pour l'instant, dans la situation où nous nous trouvons, d'ouvrir le capital de La Poste" avant de préciser quelques heures plus tard que le calendrier de cette réforme demeurait "valable".

Selon M. Mailly, lors de sa première déclaration, M. Guaino "était sincère (...), puis il a dû se faire taper sur les doigts derrière".

 Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Résistance

Commenter cet article