LES NOUVELLES MESURES

Publié le par Adriana EVANGELIZT

CHÔMAGE ET RECHERCHE AU MENU POUR VILLEPIN

La conférence de presse VIDEO DU PREMIER MINISTRE

Le Premier ministre annonce le déblocage d'une "première enveloppe" de 110 millions d'euros pour la réhabilitation des bâtiments universitaires. Une "Ecole d'économie de Paris" sera créée.

Dominique de Villepin tenait jeudi 29 septembre sa quatrième conférence de presse mensuelle alors que son gouvernement est confronté à ses premières difficultés.


Le gouvernement va dégager d'ici la fin de l'année "une première enveloppe de 110 millions d'euros" pour la "mise en sécurité immédiate" des bâtiments universitaires, a annoncé Dominique de Villepin.

Le Premier ministre a proposé la mise en place d'un établissement public d'aménagement universitaire chargé de la remise à niveau des bâtiments universitaires. Cet établissement "disposera de l'expertise nécessaire pour réaliser les évaluations et la maîtrise d'ouvrage".


Dominique de Villepin a confirmé les engagements pris par le ministre de l'Education nationale Gilles de Robien sur la question du logement des étudiants.
Le décret sur le déplafonnement de l'allocation logement solidarité (ALS) pour les résidences rénovées "sera publié dans les meilleurs délais". Ce texte entraînera un doublement de l'aide de l'Etat aux étudiants.


Le gouvernement va par ailleurs utiliser des bâtiments publics en cours de cession pour la réalisation d'urgence de logements étudiants.

Une "priorité spécifique" sera donnée au logement étudiant dans la libération du foncier public.


"Nous devons être guidés par un principe: l'égal accès de tous aux études universitaires", a souligné le Premier ministre.


On compte aujourd'hui 400.000 logements universitaires, et en cette rentrée, 2.283.000 étudiants au total, soit 15.000 de plus que l'an dernier, selon le ministère de l'Education nationale.

Nouvelle école

La Premier ministre Dominique de Villepin a aussi annoncé la création de "l'Ecole d'économie de Paris", dotée de 10 millions d'euros et se situant "d'emblée au premier rang européen".


Cette Ecole sera dotée d'un "statut de campus de recherche" et rassemblera l'Ecole normale supérieure, l'Ecole des hautes études en sciences sociales, l'Université de Paris I et l'Ecole nationale des ponts et chaussées".


"Le CNRS, l'INRA, des agences publiques et d'autres instituts de recherche seront également associés" à cette école, a-t-il précisé.


Les "campus de recherche" dont Dominique de Villepin "veut favoriser l'émergence" auront "un statut de fondation" et "bénéficieront d'une dotation initiale et d'une subvention annuelle pour financer des chaires d'excellence".

Premières difficultés

Cette quatrième conférence de presse a lieu alors que le Premier ministre, à qui tout semblait réussir jusque-là, affronte ses premières difficultés. Le budget 2006 n'a guère convaincu, y compris dans la majorité. Les parlementaires UMP veulent aller plus loin que le gouvernement sur la réforme fiscale et l'UDF menace de ne pas le voter.


La situation est aussi tendue sur le front social. Les syndicats préparent une forte mobilisation pour le 4 octobre, journée nationale d'action contre le contrat nouvelles embauches créé par le Premier ministre dans le cadre de son plan d'urgence pour l'emploi.


Dominique de Villepin sera très attendu sur le conflit de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM). Le Premier ministre sera interrogé sur sa décision de prendre d'assaut le "Pascal-Paoli", détourné mardi par des militants du Syndicat des travailleurs corses (STC).

Polémique sur la récidive

Le gouvernement a donné l'impression de cafouiller dans ce dossier. Il a d'abord lancé la privatisation totale de la SNCM, avant de céder aux syndicats en annonçant par la voix du ministre des Transports Dominique Perben que l'Etat conserverait une participation minoritaire.


L'hôte de Matignon devrait aussi répondre sur la polémique sur la récidive. La proposition du ministre de la Justice Pascal Clément d'introduire dans la loi la rétroactivité du port du bracelet électronique pour les délinquants et criminels sexuels a suscité un tollé auprès des magistrats et dans l'opposition. Le garde des Sceaux a été rappelé à l'ordre par le président du conseil constitutionnel Pierre Mazeaud, qui l'a mis en garde contre l'inconstitutionnalité d'une telle proposition.
L'autre polémique du moment, le coup de filet antiterroriste de lundi évoqué par Nicolas Sarkozy cinq jours à l'avance, a en revanche de quoi réjouir Dominique de Villepin. Le ministre de l'Intérieur, jusque là sans rival, traverse lui aussi une mauvaise passe. (avec AP)

Sources : LE NOUVEL OBSERVATEUR

Posté par Adriana Evangelizt

Dominique de Villepin, président en 2007

Commenter cet article

Adriana EVANGELIZT 29/09/2005 15:40

Il est bien évident que dans l'Ombre, comme tu dis, il y en a qui s'affairent à contrer DDV. Il gêne, il dérange... mais ne t'en fait pas, au moindre dérapage de certaines entités néfastes, nous serons là...

Amitiés

Adriana

Barontini Liliane 29/09/2005 15:01

Plusieurs réflexions en lisant les derniers articles...
Devant les "agitations" diverses je me demande à qui profite le" crime "?
J'ai des réponses sur certains sujets mais pas pour tous.
On se souvient que dans un article paru cet été,certains syndicats avaient prédit: "il va ya avoir du sport à la rentrée!"
...Ce qui colle parfaitement à la réalité d'aujourd'hui...ce qui peut laisser dubitatif sur la coïncidence des dates...
Posons-nous les bonnes questions; en voici une:
Quels réseaux tirent dans l'ombre les ficelles stratégiques pour démolir l'action de D.de Villepin?