Polémique entre Sarkozy et la magistrature

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il est clair, net et précis qu'il nous tarde que ce gouvernement soit foutu à la porte. On n'en peut plus des pressions exercées par Sarkozy qui se mêle de tout ce qui ne le regarde pas. Il fourre son nez partout, on se croirait revenu au temps de l'Inquisition. Insupportable. Qu'il continue donc dans cette voie, il est sur le bon chemin de la déconfiture. La droite pourra lui dire "merci !" !!!!!!!!

Nouvelle polémique entre Sarkozy et la magistrature

Nicolas Sarkozy a engagé une nouvelle passe d'armes avec la magistrature à la faveur d'un courrier au président du tribunal de Bobigny dans lequel il déplore un supposé laxisme envers les suspects arrêtés lors de la crise des banlieues à l'automne 2005.

Le Syndicat de la magistrature, classé à gauche, a rendu ce courrier public lundi et a annoncé qu'il saisissait Jacques Chirac et Pascal Clément, Garde des sceaux, car il juge que ce procédé porte atteinte au principe de séparation des pouvoirs.

"La stratégie de la tension que vous menez à l'encontre (de la justice) instaure à nouveau la confusion. Au nom de vos intérêts électoralistes, vous prenez le risque et la responsabilité de ruiner la confiance des citoyens à l'égard des institutions de la République", écrit Côme Jacqumin, secrétaire général du SM, à Nicolas Sarkozy.

Le ministre de l'Intérieur affirme dans son courrier à Jean-Pierre Rosenczveig qu'un seul des 85 mineurs présentés à la justice à Bobigny (Seine-Saint-Denis) après les violences de 2005 a été incarcéré, alors que le parquet avait requis l'emprisonnement de 12 d'entre eux.

Selon lui, trois mineurs mis en cause pour l'incendie d'un bus où une handicapée a été grièvement brûlée, le 2 novembre à Sevran, sont en liberté, de même que l'agresseur d'un chauffeur de bus.

"Je ne crois pas que cette réponse judiciaire soit à la mesure des enjeux", écrit le ministre.

Le Syndicat de la magistrature répond en contestant les chiffres et en précisant que contrairement à ce qu'affirme le ministre, les trois suspects de l'incendie du bus sont en détention, ainsi qu'un suspect de l'agression du chauffeur.

Par ailleurs, le syndicat fait remarquer que les suspects ne sont pas nécessairement coupables et que leur détention ne doit pas être systématique.

Il défend les alternatives à la prison. "Face à la crise des banlieues, vous ne préconisez que l'enfermement alors que le droit pénal des mineurs offre une diversité de réponses qui font la richesse de cette justice", dit-il.

Sources : L'Express

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Nicolas Sarkozy

Commenter cet article