Sarkozy lance la "deuxième phase des réformes" devant le Medef

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Continuons les réformes pour sucer le sang du Peuple, bandes de vampires !

Sarkozy lance la "deuxième phase des réformes"

devant le Medef

Un discours qui fait déjà polémique chez les syndicats, la CFE-CGC qualifiant par exemple Laurence Parisot de "fort soutien" du chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy doit prononcer, jeudi 30 août à 15 heures (13 heures GMT), un discours sur "la deuxième phase des réformes économiques" devant l'université d'été du Medef, qui se tient sur le campus HEC de Jouy-en-Josas (Yvelines) sur le thème "Jouer le jeu".
Habitué du rendez-vous, le chef de l'Etat annoncera notamment, selon la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, "des mesures permettant d'améliorer la compétitivité des entreprises" et des dispositifs "en matière de pouvoir d'achat".
Selon le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, la nouvelle étape annoncée "permettra d'aller plus loin dans les réformes et de contribuer à renforcer la compétitivité de l'économie française".
Reste à savoir quelles mesures le chef de l'Etat pourra annoncer au vu des faibles marges de manoeuvre budgétaires, le "paquet fiscal" coûtant déjà 13,6 milliards d'euros par an à la France.

"Un bon signe pour tout le monde" (Parisot)

Le choix de l'université d'été du Medef
pour prononcer ce discours fait débat. Laurence Parisot, présidente du mouvement patronal, y a vu mercredi sur France Inter "un bon signe pour tout le monde", celui que "le président de la République joue le jeu de l'économie, mesure l'importance de l'économie et de la politique économique pour l'avenir de notre pays".
Plusieurs syndicats ont eux déploré ce choix.
Jean-Claude Mailly (FO) a estimé, mardi sur BFM, que ce n'était "peut-être pas devant l'université d'été" du Medef que le président de la République devait "annoncer des choses".

Thibault réclame un discours "équilibré"

Bernard Thibault s'est lui déclaré, mardi sur RTL, "pas sûr" que les universités d'été du Medef soient "un lieu idéal" pour "prononcer un discours sur la politique économique ou annoncer des mesures sur le pouvoir d'achat des salariés".
Le secrétaire général de la CGT, qui a décliné l'invitation à Jouy-en-Josas, a souhaité mercredi, après un entretien à l'Elysée, que ce discours soit "très équilibré" sur les responsabilités des employeurs et des salariés. Il espère que ce discours n'oublie pas les "responsabilités des employeurs sur une série de sujets sociaux" et pointe que "les efforts à faire ne peuvent pas être uniquement du côté des salariés, comme cela semble être une dominante de la politique actuelle du gouvernement".
Jeudi, le président de la CFE-CGC, Bernard Van Craeynest, a lui estimé, selon l'AFP, que la présidente du Medef Laurence Parisot était un "fort soutien, un amplificateur de la politique de Nicolas Sarkozy".

Sources Challenges

Posté par Adriana Evangelizt




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article