Dosière: "L'Elysée manque de transparence"

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Voilà encore un article qui montre l'imposture. Quand Sarkozy critique Chirac par rapport aux dépenses, on se rend compte que Chirac était loin de lui arriver à la cheville. Donc tout le monde doit se serrer la ceinture mais à l'évidence, à l'Elysée on ne serre rien du tout. Il est aussi à noter qu'il avait commencé par augmenter son salaire longtemps avant que cela se sache.


Dosière: "L'Elysée manque de transparence"


Propos recueillis par Rémi DUCHEMIN


René Dosière a jeté un pavé dans la mare lundi soir par le biais d'un communiqué dénonçant la hausse sensible du budget de l'Elysée en 2007, évaluée à 8,4%. Le député de l'Aisne précise pour le JDD.fr les tenants et les aboutissants de ce chiffre, et appelle de ses voeux une véritable transparence sur le sujet, transparence que Nicolas Sarkozy avait promis d'afficher.

Alors même que Nicolas Sarkozy a annoncé mercredi une troisième vague de mesures destinées à réduire le train de vie de l'Etat, René Dosière, véritable expert des questions de budget des institutions publiques, pointe du doigt pour le JDD.fr la hausse substantielle du budget de fonctionnement de l'Elysée en 2007. S'appuyant sur le rapport d'exécution concernant l'exercice 2007, en comparaison avec celui de 2006, le député de l'Aisne constate une hausse globale des dépenses de 8,4%. Un chiffre dû principalement à l'augmentation des dépenses du personnel (environ 10%), mais aussi des travaux d'entretien (+53%). René Dosière déplore également une continuité dans le manque de transparence, alors que Nicolas Sarkozy avait annoncé sa volonté de se démarquer de son prédécesseur en la matière.

Que vous inspirent les chiffres que vous avez vous-même mis en avant?

Je constate qu'il y a une progression assez forte des dépenses, puisque le chiffre de 8,4% est 3,5 fois supérieur à la hausse des dépenses de l'Etat en général. Ce qui est intéressant, c'est que le document fait beaucoup référence aux pratiques passées pour dire que maintenant tout est changé : on met les fournisseurs en concurrence, on fait payer les plateau-repas par le personnel... Bref, toute une série de mesures qui traduisent une volonté d'économie. Mais malheureusement, ces belles intentions ne se traduisent pas par des actes, puisque de toute façon, les recettes directes de l'Elysée diminuent, et finalement, le budget n'est équilibré que de justesse, grâce aux excédents que Jacques Chirac avait dégagés en 2005 et 2006. Donc, plutôt que de critiquer Jacques Chirac, on devrait le remercier.

"Il y a deux périodes Chirac"

Pourtant, le train de vie de Jacques Chirac lors de son long passage à l'Elysée avait été fortement remis en cause.

En fait, il y a deux périodes Chirac. Celle pendant laquelle il a multiplié par neuf le budget de l'Elysée, je l'avais d'ailleurs dénoncé à l'époque. Et puis à partir de 2003, Jacques Chirac avait stabilisé, certes à un haut niveau, son budget. Là, on reprend des progressions qui paraissent très fortes.

Ces progressions sont-elles directement imputables à Nicolas Sarkozy, qui s'est installé en mai à l'Elysée?

Bien sûr, et il le reconnaît. On dit que c'est lié à son activité supplémentaire, ce qui n'est pas niable. Il y a des fonctionnaires en plus, des kilométrages en plus, cela génère des dépenses. Ceci dit, on est dans un période où le président, notamment dans le cadre de la révision des politiques publiques, considère qu'il faut faire mieux avec moins d'argent. Lui, il fait beaucoup, mais avec beaucoup d'argent supplémentaire. Donc, il n'est pas très exemplaire de ce point de vue-là.

L'augmentation substantielle du salaire du président pèse-telle dans la balance?

L'augmentation, à hauteur de 172% de plus par rapport à ce que touchait Jacques Chirac, s'est faite en deux temps. Le temps public quand, au parlement, on a voté son nouveau salaire à compter du 1er janvier 2008, donc je ne parle pas de cette question là. Par contre, on constate à la lecture de ce rapport d'exécution que, déjà en 2007, le président avait augmenté lui-même de 29% sa dotation, comme il avait le droit de le faire, mais il ne l'avait pas dit à ce moment-là. Bien sûr, cela pèse peu, puisqu'on parle de 30 000 euros. Mais le fait qu'il ait fait cette augmentation sans le dire est symbolique.

"La volonté de transparence se manifeste très peu"

D'une manière générale, le dépenses de l'Elysée et son train de vie vous semblent-ils trop élevés?

Il n'y a pas d'éléments objectifs permettant de dire à quel niveau devrait être fixé les dépenses de l'Elysée. Ce n'est que lorsque l'on saura à quoi servent exactement ces dépenses que l'on pourra dire si elles sont trop élevées ou pas. Par exemple, on sait qu'aujourd'hui le nombre de personnel augmente, mais on ne sait pas combien il est payé, ni à quoi il est affecté précisément. On ne peut pas dire si là, il y a des salaires trop élevés, ou s'il y a trop de personnel. Il faut certes donner au président de la République les moyens de représenter dignement la France, mais il ne faut pas tomber dans des excès.

Nicolas Sarkozy avait pourtant affirmé vouloir mettre en place une transparence totale s'agissant du budget de l'Elysée.

Ce qui est un petit peu curieux, c'est que cette volonté de transparence annoncé par l'Elysée se manifeste très peu dans ce document, qui ressemble beaucoup à celui publié l'année dernière, à l'exception bien sûr des critiques qui sont faites sur la gestion de son prédécesseur. Il n'y a pas davantage de précision, de justification, et j'espère que les choses changeront en 2008. Pour l'heure, l'Elysée manque toujours de transparence.

Justement, pensez-vous que l'année 2008 marquera le début de la transparence réelle?

Je l'espère. Le budget va changer de manière substantielle puisque d'une part le président a décidé que toutes les dépenses de l'Elysée, non seulement celles qui sont visibles, mais aussi toutes celles qui sont faites par les ministères, seront regroupées dans un document unique. On y verra donc beaucoup plus clair. Il a également décidé que ce budget serait contrôlé par la Cour des Comptes, donc il va bien falloir qu'il y ait des factures pour permettre ce contrôle, et là aussi c'est un progrès. Enfin, Nicolas Sarkozy a dit que le rapport d'activité qui sortira dans un an sur le budget 2008 devrait être complet, et diffusé partout, donc là aussi il y aura plus de transparence. Mais pour l'instant, on en est aux intentions, et j'attends les résultats. Et quand je vois ce qu'il se passe sur la base de 2007, je me dis que c'est mal parti.

Sources
Le JDD

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article