"T'as raison coco !"

Publié le par Adriana EVANGELIZT

"T'as raison coco !"

par Alain Kerhervé

Le chanteur, qui réside en Suisse depuis 5 jours, a confié à la presse helvétique que Nicolas Sarkozy l'avait encouragé dans sa démarche d'exil fiscal.


Dans un entretien à l'hebdomadaire Le Matin Dimanche, Johnny Hallyday affirme disposer du soutien de Nicolas Sarkozy dans sa décision de partir en exil fiscal en Suisse. Le ministre de l'Intérieur lui aurait déclaré : “Ecoute Coco, t'avais envie de le faire, tu l'as fait, t'as bien fait“. D'autre part, il assure continuer à soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007, et estime que cette polémique à son sujet a été lancée par la gauche. “Mais vous verrez qu'au bout du compte, ça la desservira“, ajoute-t-il.

Dans un entretien à l'hebdomadaire Le Matin Dimanche, Johnny Hallyday affirme disposer du soutien de Nicolas Sarkozy dans sa décision de partir en exil fiscal en Suisse. Le ministre de l'Intérieur lui aurait déclaré : “Ecoute Coco, t'avais envie de le faire, tu l'as fait, t'as bien fait“. D'autre part, il assure continuer à soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007, et estime que cette polémique à son sujet a été lancée par la gauche. “Mais vous verrez qu'au bout du compte, ça la desservira“, ajoute-t-il.

"J'en ai rien à foutre"

L'Express avait annoncé sur son site Internet le 13 décembre que Johnny Hallyday avait l'intention, un an après avoir demandé la nationalité belge (sans succès), d'aller s'installer à Gstaad en Suisse, six mois et un jour par an, afin de bénéficier du forfait fiscal helvétique.

"J'en ai rien à foutre. Tout simplement, j'en ai marre, comme beaucoup de Français, de payer ce qu'on nous impose comme impôts, puis voilà, j'ai fait mon choix", avait déclaré le chanteur. "Mais j'aime la France et même si je suis résident ailleurs je suis quand même citoyen français, il faut pas l'oublier", avait-il ajouté. (Ndlr : Sur la photo : Sarkozy, Johnny, Barnier, Balkany... belle brochette !)



Un départ regretté au sommet de l'Etat

De nombreux membres du gouvernement, ainsi que le président de la République Jacques Chirac ont publiquement regretté ce départ. Thierry Breton, ministre des finances, a en vain tenté de convaincre le chanteur à attendre le 1er janvier, date de l'entrée en vigueur de la réforme fiscale, avant de s'exiler. "Johnny Hallyday, comme tous les candidats à l'exil fiscal, je leur suggère une chose: attendez encore huit jours (...), vous serez protégés par le bouclier fiscal qui fait que désormais à compter du 1er juillet 2007 personne dans notre pays (...) ne pourra payer plus de 60% de ses revenus en impôts", a-t-il déclaré vendredi 22 décembre.

La star est installée dans son chalet de la station de ski suisse depuis mercredi 20 décembre.



--------

Objectif-France : Il n'est nullement question de nier l'existence d'un problème fiscal en France. L'imposition est trop lourde ... pour tous ; pas seulement pour les plus fortunés.

Mais la position de Nicolas Sarkozy est indécente vis à vis de tous les Français, et de plus honteuse pour celui qui brigue la magistrature suprême.

Quand à Johnny, ses fans (dont je suis !) ne lui en veulent pas trop, tout en faisant remarquer (quand-même !) que ses revenus proviennent de son activité principale en France. Belge une fois, Suisse le lendemain, "mais il aime la France " dit-il... gratuitement aurait-il dû ajouter.

De l'anti-France à coup sûr. A.K.

Sources Gaullisme fr

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article